Bourse – Les normes d’investissement font couler les obligations pour l’eau

Les obligations pour l’eau sont un mécanisme de financement de plus en plus populaire pour financer la gérance environnementale liée à l’utilisation de l’eau. Le Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau récemment publié par les Nations Unies met en lumière un mécanisme de financement de plus en plus populaire, appelé obligations-eau, qui sert à financer la gérance environnementale liée à l’utilisation de l’eau. La San Francisco Public Utilities Commission (SFPUC) en Californie a publié le premier instrument de ce type il y a tout juste deux ans, pour financer des projets de gestion durable des eaux pluviales et des eaux usées. Quelques mois plus tard, le SFPUC a ajouté une offre similaire de 259 millions de dollars. Washington DC a rapidement emboîté le pas et, en moins d’un an, des obligations pour l’eau d’une valeur d’environ 1 milliard de dollars étaient disponibles sur le marché, y compris la première émission africaine, au Cap, en Afrique du Sud. Selon John Matthews, coordinateur et co-fondateur de l’Alliance for Global Water Adaptation (AGWA), Arup, une société privée de concepteurs, planificateurs, ingénieurs, consultants et spécialistes techniques, ainsi que la Fondation Rockefeller et plusieurs ONG du secteur de l’eau, aident les maires de villes comme Amman, Rotterdam, Mexico et Miami à développer et financer des projets d’eau durable.

Qu’en pense les investisseurs privés ?

Les responsables des banques de développement et les investisseurs privés commencent à reconnaître  » que l’eau n’est pas seulement un secteur ; que l’eau douce traverse plusieurs secteurs, avec des risques et des opportunités spéciales « , dit M. Matthews. Il ajoute que les projets à forte consommation d’eau dans des domaines tels que l’énergie, le développement urbain et l’agriculture sont de plus en plus susceptibles d’être considérés comme des  » investissements dans la gestion résiliente de l’eau « . Matthews a joué un rôle clé dans l’élaboration de la Water Climate Bonds Standard, qui a établi des critères de notation qui classent les projets en fonction de vecteurs tels que l’adaptation au climat et l’impact environnemental.

Quelles sont les normes mis en place ?

Plus de 100 experts en écosystèmes aquatiques, ingénierie, gouvernance, économie de l’environnement et hydrologie ont participé au processus d’élaboration des normes, y compris des organisations telles que l’AGWA, Ceres, la Climate Bonds Initiative, le World Resources Institute, le CDP (anciennement Carbon Disclosure Project) et le Stockholm International Water Institute. Selon le groupe environnemental de l’Union internationale pour la conservation de la nature, ils ont élaboré des normes à la fois pour les infrastructures d’eaux grises traditionnelles construites par l’homme et pour les solutions fondées sur la nature, définies comme des « actions visant à protéger, gérer durablement et restaurer les écosystèmes naturels ou modifiés ».

Laisser un commentaire

Résoudre : *
16 − 11 =