Plus de fusions et acquisitions de compagnies aériennes en 2018

Que va-t-il se passer suite aux turbulences dans l’industrie européenne du transport aérien ?

Les turbulences dans l’industrie européenne du transport aérien devraient déboucher sur un bouleversement massif du secteur de l’aviation en 2018. Des échecs récents tels que ceux de la compagnie aérienne britannique à bas prix Monarch, de la compagnie allemande Air Berlin et de la compagnie italienne Alitalia ont créé les conditions propices à une nouvelle vague de fusions et d’acquisitions dans le secteur. Si le Brexit a sans aucun doute précipité la disparition du monarque déficitaire, le plongeon de la livre sterling contre le dollar et l’euro s’est avéré être un coup dur pour la compagnie aérienne, qui luttait déjà pour réduire le prix du kérosène et le coût de la dette. Il a également mis une commande de 3 milliards de dollars pour l’acquisition de Boeing 737 Max hors de portée de la compagnie aérienne.

Que va devenir le secteur aérien européen ?

Pour l’instant, le secteur aérien européen reste profondément fragmenté. Quatre compagnies aériennes – Ryanair, Lufthansa, Air France-KLM et IAG – contrôlent 40% du marché européen. Comparez cela avec les États-Unis, où les  » Big Four  » – Sud-Ouest, Delta, United et American Airlines contrôlent 80 % du marché. La fragmentation du marché européen se traduit par une concurrence accrue et une pression accrue sur le pouvoir des compagnies aériennes en matière de prix, à un moment où les transporteurs à bas coûts (LCC) tentent de développer leurs activités long-courriers vers l’Asie et l’Amérique du Nord depuis l’Europe vers l’Asie et l’Amérique du Nord. On s’attend à ce que les LCC gagnent 25 % des voyages transatlantiques d’ici 2026. Ajoutez à cela des défis comme le financement de la flotte, les déficits d’infrastructure et les coûts élevés de la dette, et le décor est prêt pour une vague de fusions et d’acquisitions.

Cela n’aide pas que les transporteurs basés au Moyen-Orient et en Asie, tels que Qatar Airways et Etihad, ajoutent à la pression pour des tarifs plus bas, qu’ils ont des poches profondes et qu’ils recherchent des accords de fusions-acquisitions en Europe. Le Qatar détient actuellement une participation de 15 % dans International Airlines Group (IAG), tandis qu’Etihad a acheté des actions dans Air Berlin et Alitalia.

Michael O’Leary, PDG de Ryanair, prévoit que d’ici 2022, il ne restera en Europe que cinq grands groupes aériens : Ryanair, Lufthansa, Air France-KLM, IAG et EasyJet. Attendez-vous à plus d’opérations dans le secteur de l’aviation en 2018

Le combat des grands – Air France / Lufthansa

Depuis 2003, Air France et Lufthansa sont les transporteurs à service complet (FSC) européens qui ont fait l’acquisition la plus importante. Air France a fusionné avec KLM Royal Dutch en 2004. En réponse à la décision de son rival, Lufthansa s’est lancée dans une longue série de prises de contrôle qui comprenait l’acquisition de participations majoritaires dans Austrian Airlines, Swiss International Air Lines et Brussels Airlines. Aujourd’hui, Lufthansa envisage une éventuelle reprise d’Alitalia et de Scandinavian Airlines (SAS) dans le but de devenir non seulement le premier transporteur européen, mais aussi un acteur mondial majeur.

La compagnie aérienne allemande a déjà accepté d’acheter pour 244 millions de dollars (210 millions d’euros) les parties essentielles de la compagnie aérienne déficitaire Air Berlin, y compris ses filiales à bas prix Niki et LG Walter, pour 244 millions de dollars (210 millions d’euros). La transaction devrait être conclue en janvier 2018. Lufthansa continue de chercher d’autres acquisitions et est devenue l’un des deux prétendants crédibles d’Alitalia. EasyJet est l’autre prétendant de la compagnie aérienne italienne. Alitalia a entamé un processus de faillite en mai de l’année dernière.

Alors que Lufthansa, EasyJet et Ryanair montrent le plus d’agressivité dans la poursuite d’acquisitions, une poussée M&A par des compagnies aériennes comme Air France et le cash-flush Norwegian Air Shuttle ne devrait pas être escomptée, déclare Eric Thissen, un analyste de l’aviation basé à Bruxelles.

Selon M. Thissen, la concurrence pourrait toutefois freiner l’appétit de Lufthansa pour les acquisitions. En revanche, le « manque d’histoire et d’artisanat » de Ryanair dans la négociation d’opérations de fusions-acquisitions pourrait faire le jeu de ses rivaux aériens plus traditionnels en Europe.

« La culture d’entreprise souvent conflictuelle de Ryanair sous la direction du PDG Michael O’Leary le précédera dans les négociations « , dit M. Thissen. « À un moment ou à un autre, O’Leary a critiqué les syndicats de compagnies aériennes, les fonctionnaires, les ministres de l’UE et les PDG de compagnies aériennes rivales. »

La description colorée d’O’Leary des pilotes en tant que  » chauffeurs de taxi glorifiés  » est certaine de blesser plutôt que de faire avancer les ambitions de croissance de la compagnie, particulièrement à un moment où la compagnie aérienne à bas prix perd des pilotes et du personnel de cabine au profit de rivaux tels que EasyJet et Norwegian.

Ce « manque d’histoire et d’artisanat » était évident dans la série de Ryanair, mais les offres d’acquisition du transporteur national irlandais Aer Lingus ont finalement échoué. IAG a lancé avec succès une offre de 1,17 milliard de dollars (1 milliard d’euros) pour acquérir Aer Lingus en 2015.

Quels sont les défis et obstacles à venir ?

La consolidation du secteur aérien européen pourrait être limitée par les intérêts nationaux et les défis liés à l’image de marque. Les compagnies aériennes nationales telles que Tarom en Roumanie et LOT Polish Airlines en Pologne peuvent être attrayantes pour les prétendants, mais sont trop compliquées à acquérir. Pour de nombreuses compagnies aériennes européennes de taille moyenne telles que Finnair, LOT et SAS, la réalisation de la durabilité à long terme passe probablement par la réorganisation et l’adhésion à des alliances mondiales, plutôt que par la vente à une entité étrangère plus importante. Des règles antitrust complexes en Europe peuvent rendre les alliances beaucoup plus attrayantes, car elles pourraient offrir aux transporteurs un accès au marché sans les obstacles concurrentiels, financiers et juridiques liés à l’acquisition d’une compagnie aérienne concurrente.

Laisser un commentaire

Résoudre : *
18 + 1 =